Cherie Blair : le e-mentoring, un appui de poids aux femmes entrepreneures & les qualités d’un bon mentor
Équipe Unatti 27 octobre 2015
Cherie Blair : le e-mentoring, un appui de poids aux femmes entrepreneures & les qualités d’un bon mentor


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

Un article de Fast Company par Gwen Moran : Ce que l’ex Première Dame du Royaume Uni peut nous apprendre sur le mentoring. Ce post est composé d'une revue de l'article pré cité et du point de vue d'Unatti sur les questions soulevées. L'article  de Fast Company se concentre sur un des programmes phares mené par la Cherie Blair Foundation for Women : le mentoring de femmes entrepreneurs et sur les qualités d'un mentor. Et il ne s'agit pas de n’importe quel mentoring ! Du e-mentoring ! En effet dans ce programme la Fondation a mis en place une plateforme internationale de mentoring pour les femmes entrepreneures, leur permettant d’échanger avec des mentors (20% d’hommes, 80% de femmes) partout dans le monde. Les mentors et mentorés se rencontrent via un système de video-conférence pour des résultats jugés très satisfaisants, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Ainsi, environ 1800 femmes entrepreneures présentes sur la plateforme déclarent que :

  • 96% ont plus confiance en elles
  • 98% atteignent leurs objectifs business
  • 81% ont accès à de nouveaux marchés
Et cela grâce au soutien et aux conseils qu’elles reçoivent via le mentoring. Selon Cherie Blair le mentoring : « Ce n’est pas seulement aider les gens dans des grandes entreprises à obtenir des promotions et des augmentations. C’est un outil extraordinaire pour le développement international et l’émancipation des femmes dans le monde du travail » En développant des programmes de mentoring et grâce à son expérience personnelle, Cherie Blair explique les capacités qui selon elle, font un bon mentor : La flexibilité : Les mentors rigides ne sont pas aussi efficaces que ceux qui parviennent à gérer un environnement changeant.

La créativité : L’un des plus grands bénéfices qu’un mentor peut accorder est son soutien pour la vision de son mentoré, ce qui peut nécessiter un peu de créativité : aider le mentor à voir une vision encore floue et ainsi aider le mentoré à explorer de nouvelles idées et solutions.

La sensibilité culturelle : Mentor et mentoré peuvent venir de milieux et de cultures profondément différents. Les bons mentors prennent le temps de comprendre les différences pour mieux les faire fructifier.

L’engagement : Les bons mentors sont prêts à accorder le temps qu’il faut pour cultiver et faire grandir la relation humaine. Les mentors doivent être suffisamment engagés pour partager leur savoir et se sentir investi dans la relation pour vraiment se soucier de la réussite de leur mentoré. Ce dernier point est d’ailleurs celui que Cherie Blair (et nous sommes en total accord avec elle) est probablement le plus important, car l’engagement est ce qui fait que la relation de mentoring fonctionne dans les deux sens.

Le point de vue d’Unatti Le mentoring pour les entrepreneurs fonctionne, c’est un succès on le sait. Le mentoring à destination des femmes également, c’est d’ailleurs pourquoi de nombreux petits programmes de mentoring au féminin émergent un peu partout dans les entreprises. La combinaison du mentoring d’entrepreneur et du mentoring à destination des femmes ne pouvait évidemment être qu’un succès. Mais notre questionnement commence ici : pourquoi s’arrêter là ? Pourquoi le mentoring seulement pour les entrepreneurs, pour les femmes, pour les femmes entrepreneurs ? Comme le dit Cherie Blair le mentoring est un « outil extraordinaire » (« amazing tool ») et qui profite à tous ! A condition bien sûr que tous y aient accès… Les initiatives du type de la Cherie Blair Foudation for Women démontrent encore une fois l’utilité du mentoring pour les individus et plus largement pour les entreprises, l’économie et donc la société. Les salariés bénéficieraient grandement d’un espace de liberté et d’échange au sein de leur entreprise pour se développer personnellement et professionnellement et apporter des pierres supplémentaires à l’édifice de leur organisation. Libre maintenant aux décideurs de se saisir de cette opportunité


Elsa Levy Cado


Newsletter