Partie 2 - Dossier Soft Skills Unatti : L’avenir reposerait-il sur les soft skills ?
Équipe Unatti 4 octobre 2016
Partie 2 - Dossier Soft Skills Unatti : L’avenir reposerait-il sur les soft skills ?


Une étude approfondie du World Economic Forum a identifié les 10 compétences qui seront requises par les collaborateurs d’ici quelques années dans le monde professionnel. La digitalisation des organisations a entraîné une vague importante de changements qui requiert de nouvelles compétences de la part des collaborateurs. Des aptitudes qui doivent donc être implémentées, être apprises et maîtrisées.


Cette étude met particulièrement en exergue l’importance des soft skills (relations sociales et interpersonnelles), qui seront des compétences de plus en plus recherchées et valorisées dans les profils des collaborateurs. A l’aube d’une quatrième révolution industrielle, dans la continuité de la troisième qui surfe sur le digital, on se dirige vers une fusion technologique effaçant progressivement les frontières entre la physique, le digital et la sphère biologique.


Il est donc primordial que les organisations de se focalisent sur deux éléments :

  • Les compétences clés, nécessaires aux collaborateurs dans le cadre de leurs tâches et fonctions quotidiennes

  • Les compétences interpersonnelles, qui seront indispensables dans les années à venir


L’objectif de ce dossier est de faire le lien entre l’état actuel du monde du travail pour se projeter selon des études et des recherches afin de mieux saisir et comprendre les enjeux qui attendent les collaborateurs sur le marché du travail, notamment en ce qui concerne leurs compétences.


Dans une conjoncture économique où l'environnement professionnel demande une capacité de réflexion et d’action importante, la résolution de problèmes complexes reste toujours en tête des compétences clés à acquérir.


Sur l’ensemble des compétences listées par le World Economic Forum, toutes les aptitudes sont des softs skills, à l’exception de la résolution des problèmes complexes et le management du capital humain:


  • Avoir un esprit critique ou encore implémenter sa créativité prennent un poids important au sein des organisations. Ces deux compétences étant liées de près à la notion de management du capital humain, afin de créer un environnement propice à l'interaction et la stimulation intellectuelle. Malgré une régression d’une place, le management du capital humain reste une problématique centrale. Leur développement et leur apprentissage étant facteur de réussite et de performance pour les entreprises, il est indéniable qu’elle représente un pendant essentiel des organisations.


De ce fait, il en revient aux managers avec le soutien des ressources humaines de mettre en place les dispositifs nécessaires pour permettre l’épanouissement professionnel de leurs collaborateurs pour leur permettre de travailler dans les meilleures conditions possibles. La coordination et la coopération des collaborateurs sont catalysées par les managers.


  • L’intelligence émotionnelle qui fera l’objet du prochain article de ce dossier sur les soft skills, est classée en 6ème position des compétences requises d’ici 2020. Cette notion encore relativement nouvelle dans le monde professionnel commence à se faire connaître. Les études montrent d’ailleurs qu’elle représente une compétence primordiale se focalisant à la fois sur la capacité de l’individu à gérer ses émotions et la manière dont il les utilise dans ses interactions avec d’autres interlocuteurs.


  • Le jugement et la prise de décision prendront une importance relativement plus grande. Cette compétence restant significative dans les entreprises.


  • L’orientation du service, savoir cerner les attentes des clients, répondre à leur demande et les anticiper.


  • Et enfin, la sensibilité cognitive (autre soft skills), autrement dit la capacité d’un individu à communiquer, interpréter ou encore juger, constitue un atout important toujours dans l’interaction avec les collaborateurs, mais également dans la prise de décision.


On retrouve ainsi de nombreuses compétences interpersonnelles qui remettent l’humain au coeur de la vie professionnelle.


La complexité consiste en la capacité des organisations à faire monter leurs collaborateurs sur les bonnes compétences clés en vue d’une évolution du marché qui se projette clairement vers un intérêt prononcé et croissant sur les soft skills.


L’Equipe Unatti


Retrouvez les autres articles de notre dossier sur les soft skills grâce aux liens ci-dessous:

-Partie 1 : https://goo.gl/p7Gc4H

-Partie 3 https://goo.gl/YSHxvI


Inspiré de:

http://www3.weforum.org/docs/WEF_Future_of_Jobs.pdf

  • Kant’s Theory of Judgement, Standford Encyclopedia of Philosophy, 28.07.2004

http://plato.stanford.edu/entries/kant-judgment/#PowJudOthFacCog




Newsletter